Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le problème catho

LIEN VERS LE SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG

Autres billets

Débat de société et euthanasie :

Le problème catho

 

Un titre volontairement provocateur pour évoquer le déséquilibre du débat en France sur les projets de société.

Désamorçons un peu les fiertés blessées en commençant par dire que pour être un laïque militant, je suis respectueux de tous les cultes et en ce qui concerne les cathos plus particulièrement, je suis un lecteur de « La Croix » dont j’apprécie l’ouverture de vue sur les problèmes éthiques.

 

Non, le problème catho, ne vient pas des catholiques mais bien de quelques mouvements ancrés à droite, ultra-conservateurs et montés à l’américaine sur le mode des sociétés de Lobbying privé : Alliance Vita  en est une, L'association La Manif Pour Tous dans sa version 2014, en est une autre et riposte catho, une troisième.

je ne vous mets pas en lien le salon beige qui ouvre sa tribune au délire mythomane de cette pauvre Farida Belghoul, ma tolérance y trouve sa limite.

 

Les objectifs d’Alliance Vita sont clairement énoncés : Revenir sur le mariage gay, interdire la PMA, toute discussion sur la GPA, limiter (interdire?) l’avortement, limiter la recherche génétique, interdire la recherche sur l’embryon, empècher la mise en place du droit de mourir digne.

 

LMPT version 2014 est un peu plus brouillon en termes de messages et de communication, mais ils reprennent sans rien changer ce programme auxquels, ils ajoutent, au fil du temps, le ras le bol fiscal, le divorce, la contraception, la famille, la démission du gouvernement socialiste…

Les manifestations du dimanche un peu partout sur le territoire y ont remplacé les kermesses.

 

En chiffre, Les catholiques pratiquants représentent 20% des Français. Deux enfants sur trois ne sont pas baptisés et dix-neuf sur vingt ne sont pas confirmés.

 

Ces chiffres donnent une idée de la représentativité des cathos en général en France.

Parmi ceux-là je ne m’amuserai pas à calculer le poids des sympathisants d’Alliance Vita et de ses idées mais on doit pouvoir enlever une moitié de catholique de gauche et bien d’autres encore dans les modérés de droite.

 

Alors où est le problème ?

Le problème vient d’un déséquilibre entre la représentation dans la population et la représentativité de ces idées, finalement pas mal sectaires, sur les problèmes de science et de société.

 

D’où vient-il ?

Il a trois origines :

D’une part, l’héritage de l’église d’une structure de maillage du territoire comparable à celle de l’état par ses évêchés, ses paroisses et ses écoles (1,2 million d'élèves). Avec des prêtres et des évêques qui restent proches des notabilités locales.

Ces cadres de l’église ont prouvés lors du débat sur le mariage pour tous qu’ils étaient parfaitement perméables, et servaient de relais d’opinion, aux arguments concoctés par le thinktank d’Alliance Vita.

 

D’autre part, la qualité des débateurs d’Alliance Vita qui élaborent un argumentaire parfaitement rodé et une stratégie percutante : Ainsi, alors que le mariage gay avait une majorité acquise et qu’Alliance Vita n’est pas loin d’assimiler homosexualité et maladie, au lieu de venir sur ce terrain, ils ont subtilement fait glisser le débat vers l’adoption d’abord et surtout vers la gestation pour autrui, alors même que cette pratique est proscrite en France et n’est absolument pas liée à l’homosexualité.

Et d’un débat laïque très simple sur la liberté individuelle où personne ne demandaient aux prêtres de modifier en rien les règles de l’église, ils ont introduit des peurs sur des sujets qui ne concernent pas un mariage homosexuel sur mille (GPA) et qui se posaient aussi bien dans le mariage d’avant loi pour tous.

 

Enfin, la troisième origine du déséquilibre découle de la deuxième. Alors que 92 % de la population souhaite pouvoir bénéficier d’une aide à mourir en cas de fin de vie dans la douleur et que beaucoup aimeraient avoir le choix de mourir digne avec une assistance, les débats consensuels ne font pas recette.

Alliance Vita qui a la représentativité vu plus haut, permet d’avoir des contradicteurs et apporte le peps nécessaire aux audiences.

Les médias offrent donc un boulevard à ses idées qui restent pourtant marginales pour l’instant.

 

Le fond du débat sur l’euthanasie :

 

La nécessité de légiférer sur l’euthanasie vient du désir de libre choix qu’exprime la population face à une mort que chacun peut connaitre au travers des agonies de ses proches.

 

Nous savons tous qu’il y a un moment de la vie où l’amélioration de l’état n’est plus possible et que, de par les progrès de la médecine, le laps de temps qui sépare la connaissance de cet état de fin de vie et la fin de vie effective, est devenu très long, horriblement long.

 

Ce délai n’est pas naturel et n’a rien de transcendant, c’est l’action des médecins qui le prolonge pas Dieu.

 

Dans le cas des maladies neurodégénératives lentes, il a des conséquences collatérales humaines désastreuses. C’est-à-dire clairement que dans bien des cas, les enfants voient le conjoint en bonne santé dépérir et se détruire de l’accompagnement du malade sur des années.

Ils subissent dans leur vie la douleur de voir une intelligence disparaitre dans un corps qui dépérie moins vite, parfois sur dix ans ou plus, et l’aliénation du deuxième parent à cette décadence.

 

La loi qui doit être établie doit permettre de ne plus attendre l’extrémité de ce calvaire et d’autoriser le malade qui le souhaite à demander à son médecin une aide léthargique létal qui lui permette S'IL LE SOUHAITE et seulement si il me souhaite de partir dans la douceur.

 

Dans le cas où un patient n’a pas pu exprimer son désir, elle doit aussi autoriser un collège de médecins et la famille à décider pour le malade.

 

Il s’agit uniquement de donner à l’homme une liberté sur son destin, qui lui permette de pouvoir prévenir ses proches de ses intentions, de dialoguer, sans que cette action ne les mette sous le coup de la non-assistance à personne en danger ni n’entrave son libre choix.

Il s’agit aussi d’autoriser les médecins, en leur âme et conscience et dans la connaissance qu’ils ont de la fin de vie qu’ils accompagnent au quotidien, à prescrire le somnifère létal dans les cas le plus grave en liberté de conscience.

 

Face à cette demande de société, la position très audible d’Alliance Vita s’articule sur la certitude du caractère sacré de la vie humaine. Cette prise de position philosophique est celle de croyants. Elle n’a absolument aucun caractère universel face à la volonté de chacun sur sa propre vie et surtout pas sur la mienne ou la vôtre si vous êtes athée ou disposez de vos propres convictions, mais l’utilisant comme une vérité établie, alliance vita s’invite à tous les débats.

 

Débattons donc de la fin de vie, mais évitons les dérapages sectaires et surtout ne laissons pas une minorité suractive et organisée, imposer ses vues par la loupe des médias.

 

LIEN VERS LE SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG

Autres billets