Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

#Quenelle #complot et bordel ambiant

LIEN VERS LE SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG

Autres billets

#Quenelle #complot et bordel ambiant

 

Hier matin  ‏@nusch__  faisait passer cette photo à ses amis de twitter pour nous (je m’inclus à la sauvage dans le lot de ses amis) souhaiter une bonne journée :

 

 

D’un seul coup, une sensation de calme, d’apaisement… Plus de radio, de télé, de voiture, de travail, de déplacement, de question sur  comment va la France,  le président, le racisme, les gestes d’insultes.

 

Des codes très simples pour un vivre ensemble resserré ?

 

En fait, en deuxième lecture, une tribu, c’est avant tout un moule unique, un seul modèle, un seul mode de vie, un seul mode d’habillement, un seul culte, un seul devenir possible, une seule vie sexuelle, un destin fermé qu’on soit homme ou femme, une seule ethnie, un seul territoire …

 

Une beauté magnifique dans ces femmes paisibles et une cacophonie insupportable dans notre société et pourtant, notre société offre à tous, tous les modèles, tous les possibles, toutes les individualités.

 

Notre bordel ambiant est notre difficulté et notre liberté, il faut juste arriver à le décrypter et  savoir trouver ce qu’on peut et veut y faire.

 

La #Quenelle !

 

Il n’y a pas de dictionnaire du sens des gestes. Ce sont uniquement des conventions de groupes : des us et coutumes.

Ainsi notre pouce levé, auquel nous attribuons le sens de  « Bravo » en France, a en Italie un sens un peu différent, assimilable à notre doigt d’honneur, qui m’engage à vous déconseiller de l’utiliser dans certaines régions !

 

Ayant été pas mal interpelé ce weekend dans un débat sur la liberté d’expression dont j’ai déjà parlé, j’en ai profité pour discuter avec beaucoup de personnes souvent jeunes, faisant le public de Dieudonné. Il s’avère que la plupart ne sont pas antisémites.

Pour beaucoup, ils sont surtout très mal informés de ce qu’a été la montée du nazisme et la solution finale. Et surtout, ils ne connaissent les juifs qu’au travers le conflit israélo-palestiniens.

Plus gênant sans doute, ignorant beaucoup de la deuxième guerre mondiale, il considère la Shoa comme de la victimisation, c’est ce qui leur fait prendre la réplique « entre les juifs et les allemands, je ne sais… » pour de l’humour.

Bien entendu je ne parle que du public jeune, pas des amis clairement fascisants qui eux, retrouvent très bien ce qu’ils veulent entendre, dans les propos condamnables et condamnés

 

j’en ai profité pour demander à ces jeunes au demeurant fort sympathiques, ce que signifie ce « bras de déshonneur » :  la quenelle.

 

D’après toutes ceux que j’ai interrogés, tous public de l’humoriste, ce geste signifie clairement « on vous l’a met bien profond, jusque-là » et si c’est, au départ, un geste anti-système global, elle est devenue maintenant l’exact synonyme du bras d’honneur existants, avec sans doute un peu plus de véhémence eu égard à la longueur/diamètre proposés à la destination.

 

Ce n’est donc formellement pas un geste en lui-même antisémite.

En revanche, c’est tout aussi formellement, devenu une injure qui s’adresse soit à tous, soit au contexte visé : policiers, mémorial, personne(s), mouvement politique, drapeau, communauté ….

Sur les photos, il a cette particularité de se faire face caméra et dos au fond visé qui y est lui identifiable.

 

Ce qui est terriblement ennuyeux dans cette affaire, c’est que ce geste est le degré zéro de la communication humaine. Il exprime un « vous êtes tous des cons, sauf moi » et en même temps comme c’est un geste « tribal », il devient un « tous cons sauf  Nous » avec un NOUS qui n’est pas clair et qui, à cause de l’image trouble peut aussi bien être, nous les fachos, ou nous les antisémites, ou nous le peuple, les noirs, les arabes… Et pourrait même devenir nous les Juifs s’il leur chante de se l’approprier.

 

S’agissant d’un usage, ce « bras de déshonneur », comme je préfère le nommer, ne pourra être jugé et apprécié par les tribunaux qu’à partir du moment où le sens en sera suffisamment commun, pour entrer dans les us.

Il est donc urgent de populariser qu'il est bien équivalent au bras d’honneur pour pouvoir ensuite juger en fonction de l’injure faites et de la cible visée.

 

 

#complot

 

 

Je n’ai aucune envie de parler de vie privée et pour tout dire, j’aurai préféré ne pas entendre parler ni de la vie privée de Nicolas Sarkozy, ni de celle de François Hollande. Il semble que la propagation de l’information dans notre société connectée, nous interdise de passer à côté, alors…

 

Je ne suis pas plus un adepte des théories du complot. Néanmoins, j’ai entendu avant- hier Alain Duhamel s’étonner de la manière et du timing de sortie de l’affaire privée du président. Et comme je n'ai jamais pris Alain Duhamel pour un illuminé...

 

Il est évident qu’un journal people doit vendre et que ce type de révélation est son fond de commerce. Néanmoins, un Président de la République n’est pas un Johnny, ni  un Justin. Il a longtemps été une personnalité à qui on ne demande pas de compte sur ses relations sentimentales, ne serait-ce  que parce que la représentation internationale nécessite un semblant d’image.

 Il est donc surprenant que vu la taille du scoop, la cible, les réactions possibles et les moyens de coercition à la disposition d’un président français, la direction du journal ait pu lancer la parution sans l’aval de son actionnaire, Fininvest, propriété de Berlusconi.

 

De la même manière, comme le notait A. Duhamel, le timing à deux jours d’une conférence de presse d’importance Nationale et Européenne et vingt jours d’un voyage d’Etat aux USA, a une opportunité dévastatrice tellement énorme qu’elle sent le cabinet noir à 10 km.

Je n’irai pas plus loin dans ce qui n’est que supputation de ma part, mais si je compte sur F Hollande pour conserver la droiture et la non-ingérence du gouvernement dans les affaires de presse et de justice, j’aimerai néanmoins avoir des informations de la presse elle-même sur comment elle a reçu, elle, ses informations. Et d’où venaient-elles.

 

Bien entendu, je ne compte pas sur ces journalistes ou chroniqueurs qui sont à dire après coup qu’ils étaient dans la confidence depuis des mois pour faire croire qu’ils appartiennent à ce cercle des happy-fews.

 

Mais l’idée qu’il puisse y avoir dans l’appareil d’état des policiers qui communiquent des informations sensibles à des politiques qui se mettent en cheville avec des titres de presses m’est particulièrement odieuse.

Je ne voudrais pas que la cacophonie ambiante, qui pour ce que j’en vois est loin de se calmer, recouvre tout et fasse oublier d’aller valider ou invalider cette hypothèse.

 

N’en déplaise à Frédéric Lopez, je n’irai pas me fondre à une tribu, mais une envie d'île, une envie d’aile, monte et je sens qu’il va falloir bientôt que je m’isole de ce bruit permanent.

 

LIEN VERS LE SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG

Autres billets