Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mécanisme de l'agression

LIEN VERS LE SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG

 

SECTION Religion, Philosophie, Science

 

Le mécanisme de l’agression

 

 

« Escalade de la violence », « engrenage de la haine », « Mécanisme de l’agression », sont autant de locutions qui soulignent que les conflits relèvent d’un enchaînement de réactions qui s’entretiennent et s’amplifient l’une l’autre, l’une DE  l’autre, comme une roue crantée en entraîne une autre.

 

J’ai déjà écrit ici comment l’instrumentalisation de la violence, ce qu’on appelle abusivement le « terrorisme aveugle », fonctionne.

Il est important de savoir que ceux que l’on range, un peu trop facilement, sous le terme des « fous de Dieu », ont en réalité un but, une finalité voulue par les commanditaires.

Je dis un but, mais dans le chaos nébuleux des groupes terroristes sectaires, ces buts sont multiples.

 

Le premier but, qui explique et illustre tous les autres et permet de comprendre l’extrême violence de ce type d’acte, est que ces sectes ont décidés une fois pour toute et pour tous que notre monde, notre société, nos modèles occidentaux étaient erronés, malsains, en un mot d’origine religieuse : « impies ». Et que leur modèle devait supplanter le nôtre.

C’est cette volonté hégémonique  associée au mépris qui  explique la violence inimaginable de ces actes.

 

Ce type de raisonnement, pour être ici mystique, a déjà fonctionné pour d’autres causes politiques parfaitement athées : Les nihilistes, les anarchistes, les communistes, les fascistes, certains révolutionnaires… Tous ont utilisé à d’autres époques ce constat pour s’autoriser des actes comparables.

La mauvaise nouvelle issu de ce rapprochement est que ce moyen, le terrorisme, fonctionne parfois. C’est pour cela qu’il faut comprendre ce que veulent les commanditaires.

 

Dans le cas des islamistes, Il est intéressant de se souvenir que ces sectes, sont aussi politiques. Elles véhiculent avec leur ordre moral un type sociétal qu’elles imposent par la force dans les pays conquis. Elles s’installent sur le chaos.

 

Si on sort de l’émotivité de la violence immédiate et qu’on veut bien se rappeler le pas si lointain XXème siècle, avec ses camps de la mort, ses goulags, ses génocides, ses exodes, force est de constater que les rengaines sur un monde de plus en plus violent, sont pour le moins inexactes.

Ce qui change et qui est très déstabilisant pour nous, c’est que cet ennemi lointain qui utilise le terrorisme se sert de la violence et de l’horreur pour amplifier la résonnance de ses actes.

 

Pour être horriblement clair, depuis le 11 septembre 2001 et la révolution internet, les terroristes sectaires veulent faire le « buzz ». C’est leur but et c’est un plan com mondial. Autant, en local, ils se comportent comme des chefs de guerre, ou des brigands, choisissez le terme qui vous convient, autant vers l’occident, ils mettent en scène, produisent des images.

Et même si, comme moi, on refuse de regarder ces films, aucun de nous ne peut ignorer, par exemple, qu’une dizaine d’hommes ont été égorgés ensembles dans un rituel macabre scénarisé.

 

En ayant fui les vidéos, on est néanmoins imprégné de cette scène d’un autre temps, d’une autre civilisation, par petites images, extraits, descriptions, on connait la bande comme si on l’avait vue.

 

Dans ce mélange de moyen âge et de communication internet, la « rentabilité » du coût aux mille contacts défie toute concurrence. Le taux de pénétration du message et de la marque est terrifiant.

 

Le but final

 

Alors, ce serait ça le but ? On aurait juste des barbares qui tuent gratuitement pour se rendre célèbre ? Et nos Charlie, nos policiers, nos balayeurs, nos fliquettes désarmées, nos clients de super marché sont morts exécutés dans l’horreur d’un plan com.

 

Oui… et non.

 

Oui, parce que dans l’échelle de valeur de nos ennemis, exécuter une fatwa  dans l’horreur absolue en assassinant des innocents civils désarmés à la Kalachnikov, terroriser la France en plein Paris, tuer une policière stagiaire dans le dos, des clients venus faire leur course, des policiers à terre, tout cela relève de ce premier objectif et est une fin en soit.

 

Et non, parce que cet objectif un peu trop clair en cache en fait deux autres.

 

D’abord, toutes les révolutions ont besoin de leurs martyrs et recrutent. La spécificité de ces martyrs-là, est qu’ils ne servent qu’une fois. Ca limite donc forcément le nombre de candidats, mais contrairement à ce que l’on peut penser quand on est bien dans sa peau, avec une famille, une vie sociale… Ce qui pour nous est l’indicible horreur qui nous a réuni dans la rue par millions ce dimanche 11 janvier 2015, pour d’autres, en déshérence, en perte de repère, en révolte, en absence de but, se trouver pris dans un combat avec un objectif, se retourner contre une société qui n’a pas de porte d’entrée, partir se confronter à la mort dans un idéal plutôt que dans un hold-up raté, est une tentation…

 

C’est dur de comprendre cela et c’est pourtant évident. Ces réseaux n’ont pas besoin d’énormément de candidats. Ce n’est pas le suicide qui est demandé, tous ne sont pas martyr, loin s’en faut, juste l’engagement. Ils ne sont parfois, on l’a vu, même pas issus de milieux Musulmans. L’islamisme offre juste une révolution et un combat violent à des désespérés sans buts de vie.

L’islamisme oublie et pardonne la délinquance, offre un sens, un paradis, un idéal, plus besoin de réfléchir.

D’autres causes toutes aussi expansionnistes  l’on fait avant. Et sur les 1000 ou 1500 djihadistes issus de France et embrigadés, très peu seront suffisamment fanatiques pour revenir se battre contre nous.

Mais le communisme étant mort, aucune autre cause alternative n’ayant pris la relève, la seule voie de combat restant à ces paumés est l’islamisme. Ce qui nous nous horrifie est ce qui attire les candidats au djihad : combattre un monde où ils n’ont pas de place.

 

Ensuite, le dernier objectif des terroristes, est sans doute le plus important à comprendre, parce que si on l’ignore, il est très facile de faire leur jeu.

Il faut savoir et comprendre, qu’islam et islamisme, sont deux choses complètement différentes. Les islamistes n’ont aucune estime pour les musulmans modérés.  Et l’inverse est encore plus vrai.

Et non seulement, les commanditaires sectaires des attentats sont complètement indifférents aux représailles stupides, perpétrées par des identitaires qui attendent le premier prétexte pour s’en prendre aux mosquées, mais c’est même leur objectif de guerre sainte, d’opposer les composants de la mosaïque française aux six millions de musulmans.

Tout ce qui va dans le sens de la détérioration de l’unité et de la paix, sert les intérêts de ceux qui veulent la confrontation et la généralisation du Jihad partout dans le monde.

L’un des buts de ces horreurs, qui justifie justement l’abjection, est qu’elle sert à nous faire perdre tout discernement, à trouver le premier venu pour lui faire payer et faire en sorte que cela augmente la haine de ces gamins pour une société dont ils n’ont pas les clés : et c’est ça l’engrenage, le but de guerre de ces « fous » pas si fous que cela en fait.

Ils veulent notre haine pour nourrir celle de leurs candidats potentiels.

 

Vous qui pensez venger nos victimes en vous en prenant à des musulmans qui n’ont rien à voir avec ces dérives, ne tombez pas dans le piège, il est trop stupide et trop dangereux. Vous faites exactement ce qu'attendent de vous les terroristes !

 

PK

 

LIEN VERS LE SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG

 

SECTION Religion, Philosophie, Science

Pierre Kéliam 09/04/2015 21:23

Bonsoir Jacques,
Ma réaction à chaud concernait plus particulièrement Charlie et le profil de ces criminels là.
Je ne fais pas ici de différence entre les prosélytismes violents, c'est volontaire.
Le mécanisme de l'agression/ terrorisme / réaction est universel.
Pour le combattre, il faut garder la tête froide, en ne surtout pas faire ce qu'attendent les auteurs : la guerre identitaire.

Contrairement à ce que vous dites, pour moi il n'y a pas de bien/mal dans ces comportements. Nous n'avons qu'à les combattre parce qu'il nuise à nos valeurs, à notre "civilisation" avec tout le respect que j'ai pour ce mot

En revanche pour la relecture des archéologues et historiens actuels sur le moyen age, je partage votre avis sur la richesse.
Néanmoins vous m'accorderez que le système féodal est un mode sociétale imparfait.

cordialement
PK

Jacques 08/04/2015 22:15

Bonjour,

Bien je sois d’accord avec vous, votre texte étant globalement frappé de bon sens, si j’ose dire, je crains que vous commettiez un contre-sens gigantesque.

Croyez-vous que le 11 septembre et tout ce qu’il a engendré dont on ne mesure pas encore toute l’étendue, tant nous n’avons pas encore le recul nécessaire (qui sera certainement acquis au siècle prochain quand ce terrorisme aura alors disparu, comme j’en suis persuadé…) aurait été possible si votre phrase « L’islamisme offre juste une révolution et un combat violent à des désespérés sans buts de vie. » était vraie ?

Ce n’est ni le désespoir ni l’absence de but de vie ni le manque d’intelligence qui l’ont rendu possible. Mais exactement le contraire !
C’est cela qui est le plus inquiétant et le plus difficile à admettre.
Les terroristes adorent qu’on les fasse passer pour des faibles d’esprit et des déséquilibrés car cela les aide à prospérer à l’ombre de notre naïveté et de notre candeur.

Puisque vous aimez mélanger les phénomènes ou les époques (communisme, athéisme ( ??), nazisme, ou que sais-je encore…) qui n’ont en fait aucun point commun au-delà de leurs massacres humains respectifs et qui donc ne peuvent pas aider à appréhender chacun de ses phénomènes pour ce qu’il est en propre, vous devez savoir que Goebbels était un Docteur d’Université, loin d’être désespéré et après avoir été un brillant élève.
L’Allemagne et même Hitler qui l’ont suivi étaient pas non plus des désespérés de la vie.
Mais c’est vrai que c’est rassurant de le croire…

Bref, le mal se nourrit comme le bien de l’intelligence, mais d’une intelligence tellement pervertie qu’il faut beaucoup de temps pour la comprendre ou la démasquer.

Soyez sûr qu’il faudra attendre le XXII è siècle pour comprendre le terrorisme actuel, objet de votre article. Ce que vous lisez dans les journaux sur ce sujet n’est que pure approximation naïve et péremptoire.

Enfin, j’ai souri quand je suis tombé sur le sempiternel cliché du soi-disant obscurantisme du moyen-âge, alors que nos meilleurs historiens nous ont bien montré que cette période est une des plus fécondes qu’a connues l’Occident. Alors grâce, ne faites pas ce triste et féroce amalgame, vous qui semblez vouloir les dénoncer…

Cordialement,
Jacques